Accueil du site > Expressions > Usine de TANGER : la face apparente de l’iceberg

Usine de TANGER : la face apparente de l’iceberg

jeudi 9 février 2012, par SUD industrie

Communiqué RENAULT GUYANCOURT – AUBEVOYE

Lorsqu’il inaugure aujourd’hui la nouvelle usine RENAULT située à Tanger au Maroc, Carlos GHOSN baptise bien plus qu’un site de production. Ces nouveaux murs témoignent visuellement des orientations qu’il a fait prendre à notre entreprise depuis qu’il en est devenu le PDG en 2005 : la délocalisation d’activités sous couvert d’internationalisation.

En 2005, les ventes mondiales de RENAULT étaient de 2 250 840 véhicules. A fin 2010, elles avaient fondu de 6% pendant qu’au cours de la même période, DACIA s’est renforcé de 12%

Ces résultats sont le reflet de choix stratégiques : alors que les investissements pour la gamme RENAULT se contractaient, DACIA bondissait d’un modèle central « Logan » à une gamme complète qui couvre aujourd’hui presque tous les segments.
Si « les clients ne sont pas les mêmes  », en 5 années la marque RENAULT a perdu des parts de marché et les usines françaises ont vu leurs productions reculer.

Le syndicat SUD dénonce les dessous qui ont accompagné ce recul :

- des sites d’ingénierie, contraints de transférer de plus en plus d’activités de développement moteurs, boites de vitesses, véhicules, achats, essais et validations vers la Roumanie, l’Inde et la Corée,
- des usines françaises systématiquement mises en concurrence avec des sites étrangers,
- des fournisseurs poussés à construire leurs outillages en Asie, en Chine,
- des entreprises sous-traitantes acculées par des offres de contrats toujours plus basses,
- des prestataires forcés de délocaliser à leur tour leurs études en Europe Centrale pour des véhicules destinés au marché d’Europe Occidentale,

Le concept « low cost » si cher à Carlos GHOSN ne passe pas que par « des usines dans lesquels il y a les coûts de main d’œuvre extrêmement compétitifs », il est imposé à tous les niveaux de RENAULT et contrairement aux apparences, au détriment de l’outil industriel que l’entreprise a mis plus d’un siècle à construire sur son sol.

PDF - 141.9 ko
Usine de TANGER : la face apparente de l’iceberg
Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0