Accueil du site > Communiqués > Non au nouveau plan de licenciements chez PSA

Non au nouveau plan de licenciements chez PSA

jeudi 20 novembre 2014, par Solidaires industrie

L’Union Syndicale Solidaires Industrie avait prévenu dès 2012 : la fermeture de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (93), avec des milliers de licenciements à la clé, ne serait que le début de la série et devait être combattue avec la plus grande vigueur par les syndicats et les travailleur-euse-s, si l’on voulait stopper les licenciements de masse dans le groupe.

Les nouvelles qui tombent aujourd’hui confirment malheureusement ces prévisions. Le lundi 24 novembre, les représentants syndicaux se verront présenter un nouveau plan de licenciement de 3.450 personnes, « pour être plus compétitif. »

Cette annonce est bien sûr enrobée des habituelles promesses de « limiter la casse » et de reclasser la plupart des travailleur-euse-s. Mais on sait depuis la fermeture de l’usine d’Aulnay qu’aucun crédit ne doit être accordé aux engagements de la direction du groupe : la grande majorité du personnel licencié a rejoint Pôle Emploi avec de maigres indemnités, et les sous-traitants ont eux aussi supprimé des emplois par centaines. Le « contrat de compétitivité » de 2013, qui s’est soldé par la privation de droits et une baisse des salaires, était quant à lui censé préserver de nouveaux licenciements. On voit aujourd’hui le résultat. Et si les prévisions du groupe de réduire sa masse salariale à 12,5% de son chiffre d’affaires se concrétisent, ce sont encore plus de 9.000 emplois qui doivent être supprimés !

Les salari-é-es de PSA doivent maintenant comprendre qu’ils sont victimes d’un jeu de dupes. Quels nouveaux sacrifices, quelles nouvelles promesses aujourd’hui au nom de la « compétitivité », qui seront trahies demain ? Pour mieux faire passer la pilule, PSA annonce qu’il va « miser sur les jeunes » et engager 2.000 contrats d’alternance. Or, les contrats d’alternance, on sait ce que c’est : des salarié-e-s temporaires, sans droits, sans protection, corvéables à merci, sans promesse d’embauche... et de l’argent versé par l’Etat à l’employeur. Les capitalistes n’en ont jamais assez et n’en finissent pas de précariser les travailleur-euse-s !

Aujourd’hui, les salarié-e-s de PSA mais aussi tous ceux et toutes celles de l’industrie automobile et leurs sous-traitants doivent réagir avec fermeté, construire le rapport de force et la mobilisation indispensables pour stopper cette hémorragie.

Parce que les capitalistes nous coûtent trop cher en argent et en emplois, parce qu’elle refuse cette fatalité et qu’elle croit possible d’inverser la tendance, l’Union Syndicale Solidaires Industrie s’engagera dans cette lutte partout où elle le pourra.

20 novembre 2014

Contact presse : Laurent Lacoste 06.67.01.72.37

Coordination PSA : Mohammed Khenniche 06.66.61.14.02

PDF - 301 ko
Non au nouveau plan de licenciements chez PSA
A télécharger
Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0