Accueil du site > Communiqués > Moulinex : Les prud’hommes donnent raison aux salariés licenciés

Moulinex : Les prud’hommes donnent raison aux salariés licenciés

jeudi 13 septembre 2007, par Solidaires industrie

Vous trouverez ci-dessous le communiqué publié hier par nos camarades de SUD ex-Moulinex, licenciées en septembre 2001, 4484 ouvrières, pour la plupart, dont environ 2000 sur les sites de Cormelles-le-royal, Bayeux et Falaise dans le Calvados.

Notre camarade Danielle Morvant, ouvrière pendant 36 ans chez Moulinex et délégué SUD a accompagné avec le syndicat Sud Industrie Basse Normandie 80 dossiers sur les 597 déposés. Les indemnisations reçues (voir communiqué) ne compensent bien évidemment pas la perte d’un emploi.

En mars 2007 dans le n°3 de notre journal Solidaires Industrie, Danielle expliquait : « Beaucoup de personnes encore au RMI n’ont plus rien. D’autres se sont suicidé(e)s. Combien se sont retrouvées sur le carreau à plus de 50 ans sans avoir eu aucune formation continue au préalable chez moulinex , Plusieurs centaines de personnes n’ont pas retrouvé et sont en fin de droits (150 sont encore demandeurs d’emploi en situation très précaires et plus de 300 sont sans emploi). Elles se sont retrouvées pour certaines après 30 ans d’usine avec un congé de conversion, 5 mois sans rien, puis les Assedic et enfin à 55 ans l’allocation travail amiante : 970€ par mois ».

Le jugement du tribunal des prud’hommes de Caen ne résoudra pas tous ces problèmes, les juges ont toutefois obligé les administrateurs à verser des sommes allant de 7000 à 55000 euros.

C’est bien sûr une victoire concrète et une victoire juridique pour défendre le code du travail, attaqué aujourd’hui par le Medef et le gouvernement.

Jugement des Moulinex du 11 septembre 2007 : Les prud’hommes de Caen donnent raison aux 594 salariés licenciés.

Hérouville, le 11 septembre 2007

Les cicatrices des moments difficiles sont loin d’être refermées et les victimes attendent que les dirigeants qui ont conduit à la fermeture de Moulinex soient jugés et condamnés.

Deux syndicats SUD ainsi que la CFDT ont agit au coté des personnes licenciées en étant partie civile au procès pour le droit à la dignité et à l’indemnisation pour licenciement abusif depuis 6 ans.

Nous avions pour cette décision tant attendue 80 personnes de SUD qui ont déposé des dossiers et qui sont venus au palais de justice prendre connaissance du jugement.

Le tribunal dans sa décision ne retient que les critères de licenciement n’ont pas été respectés ainsi que le plan social.

Les juges ont condamné l’ A.G.S et les administrateurs à verser :
- 1000 euros aux 594 victimes au titre du non respect du plan social
- Une somme variable selon la situation sociale des demandeurs allant de 7000 euros à 55000 euros.

Ensuite avec notre avocat Gilles Durand une réunion d’explication et d’analyse du jugement collectif s’est tenue de 10 heures à 12 heures à la salle de Carpiquet prêtée par la mairie.

Pour SUD, c’est une première victoire à mettre à l’acquis des syndicats et des associations de Bayeux et Cormelles le Royal qui ont su proposer d’accompagner les licenciés par solutions juridiques.

Mais surtout cela permet de montrer que le code du travail est le meilleur outil qu’il faut préserver pour obtenir réparation n’en déplaise au patronat et au gouvernement.

SYNDICAT SUD INDUSTRIES DE BASSE-NORMANDIE, DE LA SARTHE, DE LA MAYENNE ET DE LA SEINE MARITIME

7 Avenue de Cambridge - 14200 - Hérouville Saint Clair

Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0