Accueil du site > Expressions > Montebourg : le courage des lâches !

Montebourg : le courage des lâches !

mercredi 19 décembre 2012, par SUD industrie

Solidaires industrie

Les propos du ministre du redressement productif dans le monde daté du 18 décembre 2012 ne sont certes pas une découverte mais constituent l’affirmation de positions politiques totalement contraires aux intérêts des salarié-es de l’industrie, pour le plus grand plaisir du patronat Français.
Si M. Montebourg pense n’avoir rien cédé sur la nationalisation - qu’il a pourtant revisité en y voyant un outil économique temporaire avec la participation dʼune autre entreprise - et quʼil a lâché véritablement les salarié-e-s de plusieurs boîtes en lutte (ArcelorMittal ou bien encore PSA), il va encore plus loin en ayant osé donner sa ligne de conduite : « La gauche peut construire une alliance durablement majoritaire des forces productives composée à la fois des salariés, qui se sentent les oubliés de la mondialisation, et d’un patronat industriel et patriote. »

Tout cela pourrait prêter à rire si les conséquences nʼétaient pas aussi désastreuses, puisque :
- Le gouvernement souhaite proclamer la « fin de la lutte des classes », pensant pouvoir construire un « pacte » entre salarié-e-s et patronat, défendant davantage lʼoutil industriel français, et plaçant ainsi lʼunité nationale autour dʼune cause sacrée, lʼindustrie, et non lʼemploi et les salarié-e-s.
- Que le patronat soit industriel ou patriote ne change en rien aux réalités que vivent des millions de salarié-e-s, aux bas salaires et conditions de travail désastreuses, à la précarité et à des emplois aux conséquences sociales critiquables, et à la non-redistribution des richesses.
- Les négociations actuellement en cours sur « la sécurisation des parcours professionnels » sont conduites dans la même logique, un « gagnant-gagnant », qui lʼest assurément pour le patronat.

Pour lʼUnion syndicale Solidaires industrie, les propos de Montebourg ne sont pas acceptables.
Que le gouvernement ne donne pas toute satisfaction aux salarié-e-s et plus précaires nʼest pas une surprise en soi, mais pour autant la « danse du ventre » perpétuelle à lʼattention du patronat, sous fond de nationalisme, est contraire aux intérêts des salarié-e-s aux 4 coins de la planète : la division internationale du travail conduit bien le patronat à mettre en concurrence les salarié-e-s.

Pour une « autre industrie »

Droit de véto des CE !

Augmentation du SMIC !

PDF - 630.6 ko
Tract_Montebourg : le courage des lâches !
A télécharger
Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0