Accueil du site > Communiqués > Le gouvernement et les constructeurs automobile en réunion pour sauver le (...)

Le gouvernement et les constructeurs automobile en réunion pour sauver le secteur automobile !

mercredi 21 janvier 2009, par Solidaires industrie

Le premier ministre envisage un vaste programme d’aide pour distribuer entre 5 à 6 milliards d’euros de subventions à la filière automobile. En parlant de « refonte pour reconquérir des parts de marché », les Etats Généraux de l’Automobile retentissent comme la visite d’un guérisseur au chevet d’un secteur malade et épuisé. Un secteur qui a pourtant dégagé des dizaines et des dizaines de milliards de profits ces dernières années.

En une journée, les discours et les tables rondes ont rassemblé les interventions des PDG des entreprises de l’automobile, qui les uns derrière les autres, sont venus implorer l’interventionnisme financier de l’Etat pour leur venir en aide. Dans le même temps, le PDG de Renault ne propose rien de moins que la suppression de la taxe professionnelle et celui de PSA ne veut surtout pas que l’Etat regarde dans les comptes de son entreprise ! En clair, ils demandent aux contribuables de payer, mais refusent par avance toute contrepartie et voudraient ne plus payer d’impôts ni de charges sociales.

Parlons des contreparties :

Qui fera plier leur politique de délocalisation développée soigneusement depuis des années ?

Qui cassera le joug du donneur d’ordre sur les sous-traitants, la fuite des études et de la recherche au détriment des emplois ?

Qui stoppera la précarisation et l’intensification du travail pour toujours moins de social ?

Qui exigera la non redistribution vers des actionnaires toujours plus gourmands de dividendes ? L’Etat ?

Où sont passés les profits accumulés ?

Qui imposera aux profiteurs de rendre l’argent ?

Qui imposera aux actionnaires leur contribution dans un plan de relance ?

Comment l’argent frais descendra jusqu’aux salariés ? Pendant que les plans de suppressions d’emplois se succèdent, que les salariés en contrats précaires sont licenciés, Qui imposera que les politiques du « toujours plus de profit » soient remises en cause ?

Pour traverser cette crise, les vraies solutions existent. Il faut juste avoir une volonté politique et mettre les moyens pour les imposer !

- Zéro licenciements,
- Embauche de tous les intérimaires
- Levée des secrets bancaires et commerciaux,
- Travailler moins pour travailler tous.
- Stopper la courses effrénée aux gains de productivité et de rentabilité.
- Retour à des conditions de travail humaines préservant la santé des salariés. Il faut arrêter d’adapter l’homme aux exigences du marché, des profiteurs, pour adapter le travail à l’humain, à son bien être..
- Indemnisation à 100% du chômage technique ou partiel.
- Un véritable coup de pouce au pouvoir d’achat par l’augmentation des salaires
- Mise en place de pré retraire dés 55 ans, entre autre pour favoriser l’embauche des jeunes.
- Blocage des dividendes aux actionnaires, pour favoriser l’emploi et la formation professionnelle.

Solidaires Industrie

21/01/2009

Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0