Accueil du site > Expressions > La Direction de Renault Maubeuge veut sanctionner un syndicaliste (...)

La Direction de Renault Maubeuge veut sanctionner un syndicaliste SUD

mardi 24 avril 2007, par SUD industrie

Notre camarade Maurice Grésillon a été mis à pied par la Direction de Renault Maubeuge jusqu’au 26 avril date à laquelle une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement (sic) pourrait être prise à son encontre. Que reproche-t-on à Maurice ? D’avoir exercé son droit de retrait sur un poste de travail qui dégradait sa santé physique. Maurice travaille depuis 2004 sur ce poste et n’a eu de cesse d’alerter sa Direction sur le fait que son état de santé n’était pas compatible avec ce poste de travail. La Direction est restée sourde à la demande légitime de Maurice !

Maurice est certes un salarié comme les autres (sic) mais il est aussi syndicaliste et Délégué Syndical dans l’entreprise… et la Direction de Renault Maubeuge n’aime visiblement pas les syndicalistes. Ici, la Direction de Renault Maubeuge est trop contente de « sauter sur l’occasion » !

Ainsi, même si le conseil d’Administration de Renault du 28 février dernier a fait un « point » sur les suicides sur le Technocentre de Guyancourt, même si Carlos Ghosn lui même s’est dit « très préoccupé » par la situation morale de l’entreprise, les Directions trop zélées restent et continuent d’appliquer une politique coercitive à l’égard de leurs salariés. Force est de constater que les évènements dramatiques qui se sont déroulés au sein même du groupe Renault n’émeuvent en rien les Directions de ce groupe.

Solidaires Industrie est choqué de la violence avec laquelle la Direction de Renault Maubeuge traite Maurice Grésillon membre fondateur du syndicat SUD Renault MCA et adhérent de Solidaires Industrie. Avec cette mise à pied, Maurice a subit une lourde perte de salaire. En effet, les salaires de base sont bas sur le centre de Maubeuge et les salariés bénéficient de primes mensuelles pour pouvoir toucher un salaire décent. Avec cette perte financière, Maurice est placé dans une situation personnelle difficile. Ceci est une atteinte à la dignité de Maurice et ce n’est pas acceptable !

Solidaires Industrie ne comprend pas que la Direction refuse une mutation à Maurice alors qu’elle accepte en général les demandes de mutation émanant d’autres salariés. Il s’agit d’un traitement discriminatoire à son égard que nous n’accepterons pas.

La Direction de Renault Maubeuge a tous les moyens pour régler cette situation par d’autres voies que celle de la répression.

Solidaires Industrie exige le retrait immédiat de la procédure disciplinaire à l’encontre de Maurice Grésillon, le paiement de la part de salaire perdue et la mutation de Maurice sur un poste de travail qui ne menace pas sa santé physique.

Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0