Accueil du site > Communiqués > Fermeture de M-Real Alizay. Réquisitionnons sans plus attendre (...)

Fermeture de M-Real Alizay. Réquisitionnons sans plus attendre !

samedi 29 octobre 2011, par Solidaires industrie

Solidaires industrie. Solidaires 27

Les 330 salarié-e-s de la papeterie M-Real, située à Alizay dans l’Eure (27), viennent d’apprendre que la fermeture de leur usine était définitive, sans possibilité de repreneurs dans l’immédiat. Les Unions syndicales Solidaires industrie et Solidaires 27 souhaitent tout d’abord apporter leur soutien à la lutte menée par l’ensemble du personnel, ainsi qu’à l’intersyndicale Cgt-Cgc. La solidarité ouvrière, telle que nous la concevons, passe avant tout par l’unité la plus large dans ces moments !

Cette situation que connaissent plusieurs centaines de salarié-e-s n’est malheureusement pas limitée à cette seule entreprise ou à la seule région de Haute-Normandie : partout, en France, mais aussi en Europe et dans le monde, les fermetures d’usines sont le lot quotidien de centaines de milliers de travailleurs-euses. Il y a quelques semaines, étaient touchés les fonderies du Poitou, Lafarge, hier ce sont les collègues de PSA et demain ceux d’Honeywell, sans oublier les salarié-e-s en sous-traitance ou en intérim.

Alors que l’Etat ressort le même discours - « pas responsable » - le patronat lui continue de pouvoir faire ce qu’il veut sans être inquiété. Nous considérons à Solidaires que ce sont les salarié-e-s qui doivent eux mêmes faire avancer les choses. L’incapacité des pouvoirs publics à mettre en place une législation protectrice depuis des dizaines d’années en faveur de la défense des salarié-e-s montre à quel point seule la construction d’un rapport de force sur le terrain permettra d’obtenir ce que nous revendiquons.

D’ici quelques jours ou semaines, les médias s’intéresseront aux prochains licenciements ou fermetures d’usines, en faisant comme si la fermeture M-Real n’avait plus de conséquences. Par expérience, nous savons très bien qu’il faut frapper fort et vite, afin de montrer notre détermination, aussi bien auprès du gouvernement que du patronat. Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’il ne faut évidemment rien lâcher et tout faire pour continuer à assurer la continuité de l’emploi.

A Solidaires, nous pensons que ce sont les salarié-e-s qui doivent choisir eux-mêmes leurs méthodes de lutte, et non qu’elles leurs soient imposées : c’est également pour ces raisons, parce que nous ne lâchons rien, et que nous sommes toujours derrière les salarié-e-s syndiqué-e-s ou non et que nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui ont fait le choix de nous rejoindre. Aujourd’hui, notre mot d’ordre est clair : alors que nous revendiquons un droit de véto pour les Comités d’Entreprise contre les licenciements économiques, il est nécessaire de pouvoir coordonner les luttes qui se déroulent en même temps afin de gagner !

De même, concrètement, l’usine M-Real appartient bien à ceux qui y travaillent : ce débat leur appartient et ils ont toute légitimité à le mener !

N’attendons rien des solutions miracles

Notre avenir nous appartient !

PDF - 131.7 ko
Fermeture de M-Real Alizay. Réquisitionnons sans plus attendre !
Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0