Accueil du site > Communiqués > Communiqué de soutien aux salarié-­es de Feu Vert en Espagne

Communiqué de soutien aux salarié-­es de Feu Vert en Espagne

vendredi 18 octobre 2013, par Solidaires industrie

Solidaires industrie

Depuis plus de 250 jours, les salarié-es des centres Feu Vert de Basauri, Sestao et Ballonti sont en grève illimitée pour réclamer des conditions de travail décentes.

Les salarié-es sont jeunes car la politique de Feu vert est d’embaucher des jeunes sous contrat d’apprentissage, en CDD ou interim, à temps partiel (parfois 8h hebdomadaires !) et avec des horaires flexibles.

Dans cette situation, pas question d’avoir une vie personnelle sans chercher un second travail pour arriver à boucler les fins de mois. Les salarié-es sont rattachés à la convention collective du Commerce-­‐Métallurgie de Biscaye. L’entreprise Feu Vert Bizkaia *, filiale de Feu Vert SA France, a tenté de changer la convention collective pour appliquer celle des grandes surfaces commerciales de l’Etat espagnol, nettement désavantageuse tant au niveau des salaires que des conditions de travail.

Les salarié-es ont mené une lutte de trois ans et ont obtenu gain de cause devant le tribunal de justice supérieur. Pourtant, l’entreprise Feu Vert Bizkaia persiste dans sa logique, refusant d’appliquer la convention collective Commerce-­‐Métallurgie de Biscaye.

Les salarié-es n’ont pas eu d’autre choix que de se mettre en grève et lutter pour une convention collective d’entreprise qui garantisse clairement et durablement des conditions de travail décentes.

Depuis le début du conflit, Feu Vert tente par tous les moyens d’écraser et réprimer les grévistes : plaintes contre les piquets de grève (Débouté à chaque fois), renvoi des salarié-es CDD en grève voir même licenciement des CDI et embauche pour remplacer ceux qui font grève.

L’union syndicale Solidaires dénonce l’attitude scandaleuse de l’entreprise Feu Vert Bizkaia qui s’inscrit dans la longue liste des entreprises rattachées à des groupes multinationaux qui tentent de s’affranchir des règles de droit du travail. Le groupe feu vert n’y échappe pas. En façade, il garantit une qualité optimale d’emplois (Cf site en espagnol) et en réalité, il n’hésite pas à réprimer les salarié-­‐es en tout illégalité. Que ce soit en Espagne, en France ou ailleurs, sous prétexte de concurrence et de compétitivité, les salarié-es vivent des situations similaires et subissent les mêmes pressions de patrons sans scrupules.

L’union syndicale Solidaires et Solidaires Industrie apportent leur solidarité aux salarié-es dans leur action exemplaire pour défendre leurs droits et au syndicat basque ELA qui les soutien.

* Feu Vert Bizkaia fait parti de Feu Vert Ibérica SA, une des filiales à 100% du groupe Feu Vert SA France détenu pour partie par CDC capital investissement (devenu en 2011 Qualium Investissement)

Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0