Accueil du site > Expressions > Communiqué de Solidaires Industrie : La CGT-FO et la CGT attaquent les (...)

Communiqué de Solidaires Industrie : La CGT-FO et la CGT attaquent les syndicats SUD

vendredi 23 mai 2008, par SUD industrie

Dernièrement à BOSCH la CGT-FO a contesté devant la justice le simple fait que SUD puisse être invité aux négociations même en tant qu’observateur. Cette fois c’est à SEVELNORD (Nord Pas-de-Calais) où la CGT veut de nouvelles élections pour démettre de leurs mandats des militants qui ont quitté la CGT pour SUD. Deux cas où se sont les syndicats eux-mêmes qui attaquent des militants qui ne se reconnaissant plus dans les syndicats traditionnels. Dans le dernier cas, si de nouvelles élections venaient à se dérouler avant que SUD ait put « prouver » sa représentativité, cela exposerait les militants SUD à d’éventuelles mesures répressives de la part de la Direction de l’entreprise.

S’agissant de la répression, parfois les syndicats traditionnels l’utilisent y compris en s’attaquant à l’intégrité physique et morale de nos adhérents ! Comme à MAGNETTO AUTOMOTIVE PARIS où des membres de la CGT harcèlent les militants SUD. Ce fait connu a sans aucun doute motivé la Direction de l’entreprise à assigner SUD PSA Aulnay pour diffusion illicite de tracts…

En décidant de quitter les organisations syndicales traditionnelles pour SUD, des militants choisissent de continuer un engagement dans la défense de l’intérêt du salariat. En même temps ils refusent que cet engagement soit subordonné à une politique syndicale décidée par des instances qu’ils ne connaissent même pas et dont ils ne partagent pas l’orientation. De même, cette nouvelle génération de militants n’accepte plus un fonctionnement autoritaire et bureaucratique du syndicat. Pour eux un syndicalisme efficace ne peut pas être dissocié d’un fonctionnement démocratique. Voilà en résumé le sens de l’adhésion à SUD.

L’obstruction des organisations traditionnelles à l’encontre de SUD ressemble à l’application « d’une clause de non concurrence ». Clause imaginaire bien-sûr mais il est utile de rappeler que l’implantation en général du syndicalisme dans le privé est autour de 5%...

Aussi à l’encontre des organisations syndicales traditionnelles nous leur disons que SUD n’existe pas contre eux mais avec eux à chaque fois que c’est possible pour défendre l’intérêt du salariat. La division syndicale si elle est réelle ne peut pas être réglée autoritairement ou être instrumentalisée par la justice. Cette division renvoie à des causes plus profondes et qui trouvent leur genèse dans la propre politique des organisations syndicales traditionnelles.

Nous demandons à ces mêmes organisations syndicales, quelles se soumettent comme nous aux choix des salariés pour les représenter. C’est sur ce seul terrain qu’il est possible de juger si l’organisation est représentative. Solidaires Industrie qui fédère les syndicats de la branche industrie de l’Union Syndicale Solidaires demande que cessent les mesures coercitives émanant des autres organisations syndicales à notre encontre.

Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0