Accueil du site > Communiqués > Crise de l’automobile, crise du capital ?

Crise de l’automobile, crise du capital ?

mardi 21 octobre 2008, par Solidaires industrie

SOLIDAIRES INDUSTRIE

Suppressions d’emplois.

PSA : 1.090 suppressions d’emplois. Mulhouse : L’usine PSA Peugeot Citroën de Mulhouse arrêtera le 24 octobre son équipe de travail de nuit en raison de la baisse des marchés. Cette équipe aura fonctionné moins de trois mois... Rennes : L’usine PSA de Rennes va se séparer d’ici la fin de l’année de la totalité de ses intérimaires (un millier) en raison d’une baisse des volumes sur les lignes de production.

Sochaux : PSA va procéder à 11 jours de chômage partiel dans les usines de Montbéliard.

Poissy : L’usine PSA va réduire de moitié la production de la 207 et de la 1007 et supprimer 700 postes d’intérimaires. Aulnay : PSA Une chaîne arrêtée et le travail reporté sur les CDI après avoir viré les intérimaires.

RENAULT : 6.000 suppressions d’emplois dont 4.090 en France. Sandouville : 1.200 suppressions d’emplois et des retenues de 300 à 500 € en raison du chômage technique. Flins menacé. Douai menacé de chômage partiel. Blainville (Renault Trucks) 400 intérimaires licenciés. Chez Renault à Cléon, Maubeuge, Guyancourt, les effectifs diminuent, les cadences augmentent comme dans tout le secteur automobile.

Ford : 2.700 emplois menacés chez Ford Blanquefort. Pour un emploi supprimé chez les donneurs d’ordres tels Renault ou PSA ce sont 3 à 4 emplois qui sont impactés chez les équipementiers et sous traitants (Valéo, Faurécia, Michelin, Good Year, Automotive...).. Ce sont des dizaines de milliers d’emplois qui sont menacés dans la filière.

Profits.

Pendant ce temps la rémunération des actionnaires (maintenue à 6% chez Renault) augmente sans cesse chez PSA comme chez Renault. Pour ce dernier 1,5 milliards d’€ de profits en 6 mois, Renault va bien !

La gestion de ces fonds , du profit immédiat et le plus rentable a abouti à la crise économique la plus grave depuis 1929 ! En même temps les patrons de l’automobile ont suffisamment de marges pour ouvrir des nouveaux centres de production en Europe et ailleurs (Roumanie, Russie, Casablanca, Corée, Chine, etc.)

Riposte.

Grève :
Lundi 13 octobre les grévistes de Renault ont bloqué la production. Le mécontentement est partout le même, face aux suppressions d’emplois et aux pertes dues au chômage partiel.

Manifestations :
Vendredi 10 octobre la manifestation de plusieurs milliers de manifestants, organisée par la CGT où nos camarades de SUD et de Solidaires Industrie étaient présents (Renault : Guyancourt, Maubeuge ; PSA : Aulnay, Poissy) était très combative, joyeuse de pouvoir investir le temple de la voiture et de manifester que ce sont les ouvriers de l’automobile qui ont construits les modèles présentés !

Les mots d’ordre étaient « augmentez les salaires,, pas les actionnaires », et « aujourd’hui au salon demain dans les usines, interdisons les licenciements ». Les camarades de Renault Guyancourt étaient venus à 3 cars, ceux de Cléon à 5 cars et Sandouville : 8.

Continuer...

La dernière réunion de l’amicale nationale des DRH vient d’analyser la situation et prévoit une conflictualité sociale prochaine. Pour une fois, donnons leur raison !

Nous savons bien que leurs mesures d’accompagnement sur les licenciements sont des passerelles vers la misère et le chômage.

Assez de l’intensification des cadences et du chômage partiel.

Les camarades de SUD de l’automobile, de Solidaires Industrie (Renault Guyancourt, Douai, Maubeuge, Grand Couronne, Aubevoye, Cergy, Sovab Batilly), ceux de PSA (Aulnay, Poissy,Tremery, Magnetto automotive) appellent l’ensemble des ouvriers concernés, dans l’unité syndicale, à s’y mettre tous ensemble. Toute la filière auto est concernée.

Si les actionnaires, avec le secours des Etats, arrivent à juguler la crise de leurs profits, c’est en faisant payer les salarié-e-s, ils mutualisent leurs pertes et privatisent les profits.

Opposons nous aux restructurations, aux délocalisations et au chômage partiel et total.

A l’exemple des camarades de Sandouville qui ont su accueillir le Président de la République en grève et manifestation, réunissons nous dans les ateliers pour continuer l’action.

La force des travailleurs, c’est la grève !

Solidaires Industrie

le 13/10/2008

Word - 145 ko
Crise de l’automobile, crise du capital ?
Référents régionaux Le mouvement ouvrier et le syndicalisme
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0